Le Grand Tour

The Pit’s: 30 ans de musique sans bornes

Ce soir Seattle, Nantes, Lille, Tournai et Courtrai ont en commun The Pit’s. Située dans un quartier paisible de Courtrai, The Pit’s est une maison de jeunesse qui soufflera ses 30 bougies au mois de décembre. Dans son antre, un club de concert qui accueille une kyrielle de groupes. À l’affiche ce soir, 3 groupes de la scène musicale hardcore : Regional Justice venu de Seattle, Harm Done issu de Nantes et Sick Nerves de Lille. Petit détail architectural dans ce repaire musical; on entre dans The Pit’s en passant par les urinoirs…

Bénévole attitude

Backstage, nous croisons Sancho derrière les fourneaux. Originaire de Tournai, il est l’organisateur de la soirée. « The Pit’s se prête à accueillir les groupes que j’ai invités ce soir. » nous confie-t-il, « Ici, j’ai plus de liberté pour orchestrer ce genre d’événement. »

IMG_4981

Claudia Lippo et Sebastien Dessauvage, tous deux la trentaine et originaires de Courtrai, nous ont rejoints. « J’avais dix-sept ans quand je suis venue pour la première fois au Pit’s » se souvient Claudia « Un groupe japonais se produisait. »  De spectatrice Claudia est passée bénévole et aujourd’hui elle gère The Pit’s avec son compagnon Sebastien. Depuis cinq ans ils s’investissent pour que The Pit’s reste un endroit incontournable dans le milieu de la scène musicale punk et hardcore.  « Nous travaillons tous bénévolement. En plus de Sebastien et moi, il y a un noyau dur d’une dizaine de bénévoles et une troupe de 200 bénévoles cycliques issus de Flandre, de Wallonie et de France. L’essence du Pit’s est le bénévolat et la participation. N’importe qui peut participer en organisant des concerts, en aidant au bar ou même en programmant une soirée poésie. The Pit’s se construit ainsi, » poursuit Claudia.  La ville de Courtrai soutient également la maison de jeunesse en intervenant dans le loyer du bâtiment.

IMG_4982

Een pintje s’il vous plaît

Derrière le bar ce soir Jeanne, habituée de la maison et organisatrice d’événements à ses heures, est venue de Lille pour servir les clients. Ici retentit un cocktail de français, de néerlandais et d’anglais. À ma question comment sont accueillies les différentes nationalités et langues dans le milieu du Pit’s, Sebastien me répond que pour eux cela se fait tout naturellement: « Ce qui prime chez nous c’est la musique. Le public suit la musique sans se soucier des frontières. Notre organisation se veut ouverte d’esprit et libre. Si le client parle français, nous faisons l’effort de lui répondre en français. Et vice versa. Pour nous c’est vraiment important que tout le monde se sente chez soi au Pit’s. Nous nous voulons apolitiques et sommes unis par la musique. De plus, ce genre d’événement est plus facile à organiser ici à Courtrai qu’à Lille en France, où les salles de concert sont souvent très commerciales. Comme The Pit’s se trouve idéalement sur la route entre Paris et Berlin ou Amsterdam, il nous est facile de booker un groupe en tournée! Ce qui explique pourquoi de nombreux concerts ont lieu un dimanche ou un lundi soir. »

IMG_4980

30 ans

De T-Model Ford à the Mummies en passant par Deus et Dead Moon, la petite maison de jeunesse a vu passer plus de 3000 groupes depuis ses débuts! En témoignent ses vétustes murs, empreints de milliers de messages laissés au fil du temps par les groupes musicaux qui s’y sont produits. Sur un autre mur de l’établissement, celui de Facebook, le public est invité à poster ce que The Pit’s inspire ou a inspiré depuis 30 ans. « Nous fêterons les 30 ans de The Pit’s au mois de décembre, » nous disent Claudia et Sebastien. « Et nous espérons que le futur du Pit’s comme lieu incontournable dans le paysage musical, se perpétuera.  Pour cela, notre collectif devra attirer un jeune public, continuer à investir dans le bâtiment, enthousiasmer spectateurs, bénévoles, organisateurs et groupes, garder l’esprit d’ouverture et surtout se laisser guider par la musique sans se soucier des bornes. »

IMG_4983

Nous souhaitons d’ores et déjà un fabuleux trentième anniversaire au Pit’s ainsi qu’à toute son équipe!

Facebook

Texte: Marie-Hélène Willems