«Espaces Possibles»: prendre la mesure des tiers-lieux

Avec «Espaces Possibles», le WAAO, centre d’architecture et d’urbanisme de Lille, présente un beau panorama des «tiers-lieux», ces espaces intermédiaires entre la maison et le travail. En Flandre et en Wallonie également, ces lieux progressent comme jamais. Mais tous ces lieux ne se ressemblent pas.

Le charme suranné du musée d’Histoire naturelle de Lille

Le musée d’Histoire naturelle de Lille deviendra un «Grand musée de l’Homme, de la Nature et des Civilisations» à partir de 2025. La municipalité de Lille a déjà réalisé une partie de cette ambition en aménageant au printemps dernier un nouvel espace d’accueil des visiteurs. Lors de la deuxième phase, il est prévu de s’attaquerLire la suite « Le charme suranné du musée d’Histoire naturelle de Lille »

Le Carré Bleu : La Deûle et la Vallée de la Lys

Il est possible de faire tout le tour de la métropole à vélo en longeant le bord de l’eau. Pédalez d’une région à l’autre, de la campagne à la ville, traversant des vallées urbaines bétonnées et longeant l’arrière des maisons et ses petits jardins moroses, pour passer du paysage ouvert ondoyant aux plaines vertes. L’eau ne connaît pas de frontières, tout comme cette balade à vélo. UiT vous emmène le long de l’anneau bleu en trois épisodes. De la Vallée de l’Escaut à Roubaix, de la Deûle à la Lys.

Le Carré Bleu : Roubaix et la Marque

Il est possible de faire tout le tour de la métropole à vélo en longeant le bord de l’eau. Pédalez d’une région à l’autre, de la campagne à la ville, traversant des vallées urbaines bétonnées et longeant l’arrière des maisons et ses petits jardins moroses, pour passer du paysage ouvert ondoyant aux plaines vertes. L’eau ne connaît pas de frontières, tout comme cette balade à vélo. UiT vous emmène le long de l’anneau bleu en trois épisodes. De la Vallée de l’Escaut à Roubaix, de la Deûle à la Lys.

Le Carré Bleu : De la Vallée de l’Escaut à Roubaix

Il est possible de faire tout le tour de la métropole à vélo en longeant le bord de l’eau. Pédalez d’une région à l’autre, de la campagne à la ville, traversant des vallées urbaines bétonnées et longeant l’arrière des maisons et ses petits jardins moroses, pour passer du paysage ouvert ondoyant aux plaines vertes. L’eau ne connaît pas de frontières, tout comme cette balade à vélo. UiT vous emmène le long de l’anneau bleu en trois épisodes. De la Vallée de l’Escaut à Roubaix, de la Deûle à la Lys.

408km – étape 5 : Bouvines – Armentières

À la fin du Grand Tour, nous suivons la ligne frontalière de l’Eurométropole, une escapade de 408 kilomètres. D’Armentières à Ruiselede, d’Enghien à La Bassée, à la recherche des histoires nées dans la périphérie de notre région frontalière. Cette dernière étape nous emmène dans le sud de la métropole de Lille, de Bouvines à Armentières, en passant par La Bassée.

Vin de l’Eurométropole : « Le Heuvelland est prédestiné à produire des bulles »

La Belgique est en train de se faire une place parmi les grands pays viticoles. Le réchauffement climatique permet de produire des vins belges de qualité. L’Eurométropole possède encore d’autres atouts. « Le paysage vallonné du Heuvelland garantit un bon drainage naturel et donc un sol sec. En ajoutant l’ensoleillement, le sol qui se réchauffe vite et la proximité de la mer, nous avons un microclimat propice au mûrissement des raisins », explique Martin Bacquaert, le vigneron du domaine viticole Entre-Deux-Monts à Westouter.

408km – étape 4 : Enghien – Rumes

À la fin du Grand Tour, nous suivons la ligne frontalière de l’Eurométropole, une escapade de 408 kilomètres. D’Armentières à Ruiselede, d’Enghien à La Bassée, à la recherche des histoires nées dans la périphérie de notre région frontalière. Pour cette quatrième étape, nous traverserons le sud de la Wallonie picarde jusqu’à la frontière franco-belge.

Sail In Solidarity : l’aventure se doublera

Construire un voilier de la quille au sommet du mât avec des bénévoles, voilà l’idée un peu folle qu’a eu le tournaisien André Robberechts il y a plus de 10 ans. L’aventure se doublera d’une dimension humaine supplémentaire puisque le “Sail in Solidarity” emmènera, dès le printemps 2021, à son bord, des personnes handicapées ou des jeunes en difficultés pour de baptêmes de mer. La construction a démarré en 2017 : 4 ans pour passer du rêve à la réalité.